2017, l’année de tous les retards… (ou pas !)

Bonjour à tous et à toutes !

Tout d’abord, un petit message « de saison », comme on dit : une bonne et heureuse année 2018 à vous ! Qu’elle soit sereine, inspirante et heureuse. Et que vous ayez la forme et la santé, aussi, bien évidemment – aucune de ces choses n’allant sans les autres.

ticket pour 2018

Pour ce premier week-end de l’année 2018, j’ai décidé de faire un petit bilan de ce qui a été accompli (ou pas !) durant l’année 2017. En 2016, j’avais réussi à écrire près de deux millions de signes et, fière de cette réussite, j’avais été assez naïve pour croire l’exploit renouvelable. Comme ça, bim ! C’était sans compter la thèse à commencer à écrire, et un très grand nombre de salons et déplacements professionnels qui ont grignoté mon temps d’écriture réservé à mes romans et nouvelles.

Sans être un échec, cette année 2017 a été celle des retards en tous genres. Je pourrais blâmer des causes extérieures, les salons, les problèmes personnels, la thèse, les cours de traduction littéraire et ceux d’écriture créative que je donne à la faculté d’Aix-Marseille depuis janvier 2017… la vérité, c’est que tout ça, j’aurais dû le prévoir et que, bêtement, eh bien… j’ai visé trop haut ^^

Mais même si j’ai raté le soleil de peu, j’ai quand même pu poser un orteil sur la lune. Ça compense, non ? ^^

Commençons par la liste des objectifs d’écriture fixés début 2017 :

  • Les Foulards Rouges, saison 3 : c’était ma priorité n°1 et je dois bien avouer que l’achèvement de cette série m’a tout pris, question inspiration et énergie, jusqu’en mai 2017 environ. Difficile d’écrire autre chose quand on est en pleine frénésie et que, surtout, le temps presse, parce que la publication sérielle est ce qu’elle est, et que tu veux tenir la cadence ^^ Entre janvier et février, j’ai écrit quelque chose comme 40 000 mots (dont 20 000 jetés à la poubelle !) pour finir cette série, puis j’ai passé de nombreuses semaines à la corriger ensuite. L’intégrale papier et numérique est parue en août 2017 : c’est vous dire si ce fut serré, question timing !
  • Penny Cambriole, tome 3 : un tome par an, c’est le rythme fixé avec mon éditeur pour cette série. Chaque tome fait environ 20 000 mots, et est écrit en janvier. En toute logique, j’entame le tome 4 avant la fin du mois en cours, donc… ^^
  • #ProjetBrigades, le projet secret steampunk à 4 mains : faute de temps libre en même temps que mon co-auteur, nous avons peu avancé cette année sur le projet. Mais nous avons chacun pris la résolution de faire de ce projet l’une de nos priorités pour 2018, alors… que le steam soit avec nous !
  • L’Intemporel, dont je vous avais parlé dans une autre entrée, un roman steampunk entre Lara Croft et Indiana Jones, avec de la magie, des engrenages, une mafia temporelles, voire deux… j’avais écrit 25 000 mots voilà 2 ans, et prévoyais de finir ce one-shot en 2017. Et c’est… un échec ! Mais pas une déception non plus, car sur les 80 000 mots prévus, j’en ai écrit… 69 000 au total 😉 Bref, à 10K près, je réussissais. J’ai donc ajouté 44 000 mots à ce projet, ce qui n’est pas rien. Plus qu’à finir ça en janvier 2018, donc ^^
  • Purespace, saison 2 : euh… « échec critique » ? :o)
  • L’invité non prévu au programme : une nouvelle pour une anthologie à paraître en juin 2018, et sur laquelle je ne peux rien dire pour le moment… si ce n’est que ma nouvelle a été écrite, corrigée et envoyée ! J’attends les corrections de l’éditeur puis son feu vert pour vous en dire plus. Ah, si, je peux vous donner le titre actuel (provisoire, car ça peut changer) : Un vestige parmi les autres. Et le nombre de mots : 3148 (on va dire 3000 pour arrondir, hein !)

En termes de romans et nouvelles, donc, j’ai écrit environ 107 000 mots, soit 133 000 de moins qu’en 2016…

Maiiiiiis… il y a la thèse. Et ça influe beaucoup, parce qu’en 2016, j’avais lu plusieurs centaines de bouquins (si si…) pour ma recherche, et ce, sans écrire une seule page. Or, en 2017, j’ai commencé la rédaction.

Ceci explique donc cela (et j’aurais d’autant plus dû le voir venir, mais bon, hein… je suis une tête de mule dotée d’un optimisme aveugle !)

Même si ce n’est pas de la fiction, je sais que certains d’entre vous suivent ça avec intérêt, alors je vais en parler rapidement : j’ai bien avancé sur le premier jet ! Tout n’est pas validé par mes directeurs, et le travail est loiiiiin d’être terminé, mais ça a avancé. J’ai entamé la rédaction de ce premier jet en janvier 2017, et actuellement, j’en suis à 150 pages tout pile (sur un objectif de 300-350 environ). En termes de mots, ça fait quand même 65 000 !! Sans compter mes 350 notes de bas de page, dont une bonne moitié inachevée, car j’unifierai tout à la fin.
Côté universitaire, j’ai également écrit 5 articles, dont un en anglais. Un seul a été accepté pour le moment. Un autre a été écrit en anglais. Ils font environ 5000 mots chacun, donc on peut rajouter un total approximatif de 25 000 mots au compteur universitaire.

Donc, si l’on ajoute les 90 000 mots universitaires aux 107 000 mots de fiction, cela fait quand même un très joli total de 197 000 mots écrits en 2017 ! Youhouhou !

(et là, je tiens à préciser que ce calcul m’a fait un bien fou, car je culpabilisais de ne pas avoir écrit autant qu’en 2016, surtout côté fiction. On reparlera dans une prochaine entrée de cette auto-injonction à la productivité… parce que ça m’a bouffée durant tout 2017 et que, jusqu’à aujourd’hui, à l’heure où j’écris ce bilan chiffré, je pensais avoir raté 2017 côté écriture et rédaction de thèse…)

(bref)

(ahum)

En 2016, j’avais écrit 20 000 mots par mois en moyenne. En 2017, je suis à 16 416 mots mensuels environ. C’est moins, mais il n’y a pas à rougir non plus ! 🙂

Et pour conclure cet article déjà très long, je me répète à moi-même (et pour vous aussi, évidemment !) ce conseil que je vous avais adressé fin 2016 : les bonnes résolutions doivent nous porter vers le haut, pas nous emporter par le fond. Par conséquent, pas de trop longue liste pour 2018. Mes objectifs seront les suivants :

  • Écrire le tome 4 de Penny Cambriole (20 000 mots) ;
  • Terminer l’écriture de L’Intemporel (10 000 mots) ;
  • Écrire la saison 2 de Purespace (50 000 mots) ;
  • Écrire le tome 5 des Nécrophiles Anonymes (entre 50 000 et 70 000 mots).

C’est « peu », me souffle mon cœur, mais c’est déjà beaucoup réplique mon cerveau qui sait additionner les chiffres. Surtout qu’à cela, il faut ajouter :

  • Finir le premier jet de la thèse !!!

Et vous, quel bilan pour 2017 (pas forcément côté écriture) ? Quels espoirs et projets pour 2018 ? ^__^

6 réflexions au sujet de « 2017, l’année de tous les retards… (ou pas !) »

  1. Ah bah en 2017, j’ai décidé d’arrêter officiellement l’écriture. Officieusement, c’est autre chose, mais bon. Sinon, tu es bien placée pour savoir que les derniers mois ont été pestilentiels et que de fait, je n’ai pas vraiment d’espoirs pour 2018. Des projets, oui. Mais parce qu’on ne me laisse pas le choix.

    Tu peux être fière de toi. Parce que tu bosses dur et que ça porte ses fruits. Alors… que la Force soit avec toi !

    J'aime

    1. Vu le contexte, je comprends le gros coup de mou voire l’arrêt total… et je compatis. Ca reviendra quand ça reviendra, ne te mets surtout pas de pression à ce sujet ❤
      En tout cas, l'inspiration te reviendra sûrement, en temps et en heure. Courage ma Lilou ❤

      J'aime

      1. Justement, ma décision de laisser tomber n’a aucun rapport avec les circonstances… je me suis juste rendue à l’évidence, ce que je fais ne convient pas et je n’ai pas le don nécessaire. Parfois, il faut savoir mettre son orgueil dans sa poche et se retirer pour laisser la place aux gens qui ont du talent. Ce que j’ai fait.

        J'aime

  2. C’est un très beau bilan dont tu n’as pas à rougir ! Une thèse c’est super chronophage je suis épatée de tout ce que tu arrives à faire, c’est toujours aussi dingue au fil des ans ! Ce n’est pas grave si tu avais visé trop haut car tu as bouclé tes engagements éditoriaux et de traduction donc c’est le principal. Et si tu as pu trouver un équilibre entre ta thèse, l’écriture, les cours à la fac, les salons et ta vie privée, moi je dis que tu es la grande gagnante de 2017 🙂

    Je te souhaite donc le meilleur pour 2018 ^^

    Emy

    J'aime

    1. Oui ça va ! Comme quoi, il faut bien poser les choses pour se rendre compte du travail accompli et le visualiser. Jusqu’à l’écriture de cet article, j’étais persuadée que 2017 avait été une année improductive au possible <__<
      Je jongle, beaucoup, souvent, et c'est épuisant si tu savais ! Le bouclage du premier jet de la thèse est un objectif motivant au sens où, après, il ne restera "que" les réécritures et corrections, et que quoi qu'il en soit, abouti ou pas, j'aurais un premier jet de manuscrit et CA c'est rassurant ^^

      Merci beaucoup ❤ Le meilleur à toi aussi pour 2018, avec le pack santé, bonheur, sérénité, richesse et tout et tout \o/

      J'aime

  3. Très beau bilan, tu n’as pas chômé en 2017 ! (et tu n’as pas à culpabiliser, c’est… énorme, ce que tu as fait !)
    Très belle année 2018 à toi aussi et j’aime beaucoup ta façon de qualifier les bonnes résolutions ! Je vais retenir cette phrase 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s